×

Предупреждение

JUser: :_load: Не удалось загрузить пользователя с ID: 19447

 

Depuis l'arrivée du financement participatif sur le continent, un ingénieux type d'escroquerie s'est propagé sur le web à travers les réseaux sociaux et dans les mails : de fausses propositions de financements en ligne délivrés en un temps record, sans aucun apport, avec 0 garanties et par des personnes qui prétendent être des investisseurs particuliers. Il s'agit bien évidemment d'une escroquerie, mais l'abondance des fausses annonces sur pages donne une idée de la gravité du problème. Par conséquent, un certain nombre de particuliers ont été floués du fait de cette escroquerie.

Un mode opératoire bien rodé

Susciter l'intérêt de la victime avec une annonce de prêt séduisante

L’escroquerie au crédit rapide est présentée sous la forme d'un synopsis avec plus ou moins de crédibilité. Du point de vue de notre escroc, il s'agit d'une étape primordiale parce qu'il sent que la réussite de sa tromperie est en partie due à la croyance ou non en son histoire. Lorsqu'il veut appâter le plus grand nombre de victimes possibles, il fait écrire et publie une annonce sur des sites à forte fréquentation tels que les forums ou les réseaux sociaux. Beaucoup de posts très populaires ne modèrent pas les sections de discussion visibles par tout le monde, ce qui en fait un lieu privilégié des escrocs.

Pour faire simple, l'escroc s'affiche en tant que personne disposant d'un magot qu'elle souhaiterait faire fructifier par l'octroi de prêts avec un taux d'intérêt très faible. Quelques fois, il dit être un rentier à la retraite qui souhaite sortir de la Banque afin de transmettre l'image d'une personne philanthropique qui aspire à tirer la société vers le haut. Ce procédé a un seul objectif : jouer sur le désarroi financier des gens fragiles en tentant de leur expliquer qu'un crédit est envisageable, même avec de faibles revenus. Il propose de leur accorder un prêt, même s'ils ont déjà des prêts à rembourser. Une fois le dossier accepté, notre escroc promet d'envoyer l'argent très rapidement avec des mensualités qui peuvent s'étaler jusqu'à plusieurs années.
Bien qu'il puisse sembler incontestable pour la plupart d'entre nous que des propositions de ce genre sont peu probables, il est à noter cependant que des personnes se trouvant au pied du mur financièrement peuvent se faire avoir à cause de cette illusion de emprunt rapide qui les attire.

Faire croire à une démarche sérieuse

Sur le web, n'importe qui est capable d'usurper une identité avec un tant soit peu de créativité. C'est ainsi qu'opèrent les escrocs au faux crédit qui créent de toute pièce un faux personnage qui saura coller avec leur scénario. D'abord, ils s'efforcent à donner une identité française à leur personnage. Donc pas de prénoms exotiques qui pourraient faire fuir certains. Il faut que la cible ait l'impression que le prêteur se situe sur le même territoire qu'elle. Dans un script bien mené, le faux prêteur peut tenter de passer pour une personne avec un âge avancé ou fraîchement retraitée. Certains iront jusqu'à demander des justificatifs de paie à la victime, d'autres lui demandent de répondre à une série de questions sur son emploi. Pour être un un peu plus crédible, notre faux prêteur prendra le soin de fabriquer de multiples faux personnages avec lesquels il postera de fausses recommandations qui auront pour but de faire l'éloge de l'annonce.

Approuver toutes les demandes

Quand la personne ciblée est convaincue du sérieux de l'opération, le faux prêteur peut maintenant passer aux choses sérieuses. Il lui explique alors qu'il accepte sa demande de d'emprunt, mais demande le versement de frais divers par mandat pour boucler la procédure. Ces frais peuvent monter jusqu'à quelques centaines d'euros et viennent compenser le temps passé par l'investisseur à étudier la demande. Les frais divers sont, d'après lui, indispensables pour débloquer le crédit. Si la victime se plie à cette exigence, le faux prêteur lui ordonnera ensuite de payer une cotisation d'assurance de crédit obligatoire. Sauf que, le demandeur ne verra pas son crédit arriver et l'escroc retirera les virements avant de disparaître de la circulation.


De quelle façon prévenir de telles pratiques ?

Tout le monde en France n'a pas l'habilitation pour accorder un prêt et le crédit entre particuliers reste un secteur encadré. Si un individu ou une société fait de la vente de services financiers en ligne, ce site est dans l'obligation d'afficher ses mentions légales ainsi que Les escroqueries au crédit ŕ la consommation rapide conditions générales. Pour être habilité en tant que de société de crédit, un organisme se doit de posséder un agrément de l'ACPR et d'une immatriculation au registre de l'ORIAS. N'importe quel site de crédit entre particuliers doit obligatoirement être en possession de ces autorisations, auquel cas il s'agit clairement d'une arnaque.

Ensuite, il ne faut pas ignorer que les délais pour obtenir un crédit sont assez longs et qu'il faut compter 2 semaines avant de recevoir les fonds sur son compte bancaire. Même si un particulier avait de l'argent à placer de cette façon, il ferait une profonde et longue analyse de toutes les demandes avant de jeter son dévolu sur les plus solides.
En temps normal, un organisme n’octroierait pas un quelconque prêt (immobilier, personnel ou à la consommation) à un demandeur fiché à la Banque de France pour des incidents de paiement.